Vous êtes ici

Un jour de compétition

Samedi 30 Juin 2012 en Corrèze

Championnat de France longue distance en parallèle des EYOC

 

Je vais vous parler du déroulement d’une course d’orientation : la préparation et la concentration juste avant le départ, la course aux balises et le final…

 

Là, ça y est, c’est l’heure de se présenter devant la banderole de départ. Il faut bien penser à effacer le contenu du doigt (la course précédente est encore en mémoire), et à contrôler qu'il soit bien vide. Les boîtiers sont en général à l'entrée de la zone de course. Cette gestion de course informatisée permet de connaître le temps de passage à chaque balise.

On est plusieurs à partir en même temps, mais pas sur les mêmes circuits.

Il faut faire attention à son couloir de départ, celui-ci est lié à sa catégorie. Certains couloirs peuvent être vides, mais la règle est simple : pas 2 coureurs en même temps et dans un même couloir

Je suis à H-5, ça veut dire 5 minutes avant le départ

 

 

H-4, je prends les définitions de mon parcours. Attention à ne pas se tromper de case (donc de circuit) sinon elles ne me serviront à rien

Je les place dans mon porte déf. Celui-ci est indispensable en course pour ne pas s’encombrer les mains, déjà qu’on a un doigt sport-ident dans une main et la carte de CO et la boussole dans l’autre...

 

 

H-3, j’entre dans ma bulle, je pense à mes fondamentaux. J’étudie mes définitions. Je ne connais pas mon parcours, mais ça me permet d’identifier les symboles IOF et de me projeter dans ma course. Quel sera mon premier poste, celui qui me permet de prendre confiance en moi et d’entrer dans ma carte comme me disent mes coachs

 

 

H-2, H-1, on se rapproche de l’instant du départ. Je n’entends plus personne autour de moi, je ne vois plus les autres non plus. Je suis prêt à en découdre avec ce parcours

Devant moi, je vois les casiers où sont déposées les cartes, chaque casier correspond à une catégorie. Je me concentre pour aller directement sur le mien dès que l’horloge bipera

Dès que j'aurai ma carte entre les mains, je chercherai le triangle de départ et la balise une. Il ne faut pas oublier de regarder tout le parcours rapidement

 

La prise de carte

Et très vite, on plie cette carte (format A4 et des fois en A3) beaucoup trop grande pour une orientation rapide et efficace.

 

Je la plie donc (pas trop petit), juste assez pour appliquer la fameuse méthode POP (Pliée - Orientée - Pouce) apprise aux entraînements

 

 

Et là, je fonce. Je ne dois pas me laisser distraire par les choix que font les autres coureurs, je le sais, ils n’ont pas le même parcours que moi. Mais ça, quand je suis un peu dans le vague, je l’oublie et me laisse influencer par les coureurs…

 

 

 

En pleine course, je sais en gros où est ma prochaine balise, donc je fonce et ne regarde plus trop ma carte. Je ferai une lecture fine quand je serai à l’approche

 

 

Je pointe l’avant dernière balise, ouf le plus dur est fait

 

 

Maintenant, je fonce à la balise arrivée, presque dans un couloir

 

 

Ça y est, je franchi l’arche d’arrivée à toute allure pour aller stopper le chronomètre

 

Mise en scène : Mathis catégorie H12 en 2012

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer